Organisation d’un Colloque International Sur le thème Entrepreneuriat, Innovation et Territoire Le 11 et 12 Mai 2017 au Palais des congrès, Fès

Université Sidi Mohamed Ben Abdallah
Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales de FES
En collaboration avec le pôle de recherche EMO
Organisent un Colloque International

Sur le thème Entrepreneuriat, Innovation et Territoire Le 11 et 12 Mai 2017 au Palais des congrès, Fès

La dynamique territoriale que connait le Maroc actuellement s’inscrit dans une mouvance restructurante à plusieurs niveaux. En effet, d’une simple circonscription administrative d’espaces géographiques, la tendance se fait progressivement vers des entités plus vivantes. Le processus d’opérationnalisation de la régionalisation avancée actuellement en gestation interpelle tous les acteurs intéressés par le fait territorial. L’enjeu est donc de réduire les disparités socio-spatiales, mais aussi de préserver les particularités faisant l’authenticité et l’empreinte de chaque territoire. Dans ce contexte, les territoires qui gagnent sont ceux qui encouragent et soutiennent l’innovation et une gouvernance de qualité des structures territoriales, où l’entrepreneuriat apparaît alors comme un catalyseur permettant de répondre à la double contrainte du développement et de la durabilité. Le triptyque « Innovation, Entrepreneuriat, Territoire » se situe ainsi au cœur d’une pluralité de logiques et à la croisée de plusieurs dynamiques liant le local au régional, et ces derniers aux niveaux national et international. Quel sens donner à chacun des concepts de ce triptyque et quelle logique d’ensemble sous-tend ce dernier dans le contexte précis du Maroc ? Face à la nouvelle dynamique d’investissement où la réussite économique n’est plus l’émanation de l’efficacité statique ni de la rente, la prospérité se base sur l’innovation aussi bien dans les processus que les procédés. En effet, c’est dans un environnement national particulièrement dynamique et stimulant que l’on rencontre des entreprises innovantes. Cependant, ce ne sont pas les segments isolés qui connaissent le succès, mais des grappes industrielles au sein desquelles circulent les informations, les savoir-faire et les technologies (Porter- 1998) Or, isolées ou en grappes, les entreprises qui gagnent ne sont pas toutes détenues et/ou gérées exclusivement par des hommes. Un grand nombre de « firmes-bijoux ou intelligentes » sont assises sur les capacités de femmes compétentes, formées, informées et mues par la réussite de leurs projets et de leurs carrières. L’intérêt accordé de plus en plus à l’entrepreneuriat féminin traduit la reconnaissance des femmes à innover. D’ailleurs l’entrepreneur schumpetérien « capable de transformer une idée ou une invention en une innovation » peut être aussi bien une femme qu’un homme. L’essentiel c’est qu’il (ou qu’elle) soit capable « d’attaquer, d’innover et de semer la perturbation pour geler l’action des concurrents » (Tarondeau – 1993) L’innovation qui est souvent considérée comme « la mise en œuvre d’un produit ou d’un procédé (nouveau ou sensiblement amélioré) ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l’entreprise, celle du lieu du travail ou les relations extérieures » (MICMNE – 2007), a besoin d’écosystèmes favorables aux regards innovants des acteurs et permettant une maîtrise des métiers, une bonne connaissance des marchés avec ouverture sur le social et le sociétal. Conjuguée alors au territoire, l’innovation désigne l’intégration de nouveaux usages dans un modèle territorialisé de développement d’un groupe, d’une communauté ou d’une société. Cette intégration alimente les mécanismes de régulation et du vivre ensemble (Fontan- 2011). Mais, pour qu’elle soit atteinte et, surtout, fructueuse et pérenne, une telle innovation exige une bonne gouvernance. Inscrite dans le sillage du nécessaire droit de regard sur les organismes par ceux qui les ont missionnés, la gouvernance territoriale est un « processus dynamique de coordination entre des acteurs publics et privés aux identités multiples et aux ressources asymétriques autour d’enjeux territorialisés visant la construction collective d’objectifs et d’actions en mettant en œuvre des ~ 3 ~ dispositifs multiples qui reposent sur des apprentissages collectifs et des innovations institutionnelles et organisationnelles au sein des territoires» (Champrigaud- 2011). En effet, un territoire innovant, bien gouverné, compétitif et attractif doit être en mesure d’intégrer de manière aisée et synchrone trois dimensions : une dimension identitaire, caractérisée par la sémantique de sa désignation, ses limites, son histoire et son patrimoine, et par la manière dont les groupes sociaux qui l’habitent se le représentent, se l’approprient et le font exister au regard des autres. Une dimension matérielle faisant dudit territoire un espace doté de propriétés naturelles ou matérielles qui sont caractérisées par leurs structures et leurs dynamiques temporelles et spatiales. Une dimension organisationnelle comme entité dotée d’une organisation d’acteurs sociaux et institutionnels aux identités différentes mais à mission transversale ; dont l’objectif est de chercher une cohérence d’ensemble pour un développement réfléchi du territoire en question (Gagon-2014). Suite à la « stratégie du zèbre » (Ohmae-1995) faisant que le capital n’aborde plus les territoires de manière uniforme, la compétitivité n’est plus seul apanage des entreprises et des nations, mais interpelle de plus en plus toutes les entités territoriales infra- étatiques dont surtout les régions et les grandes métropoles. On n’aborde plus un marché de façon globale et indifférenciée mais grâce à des implantations région par région et localité par localité. Face à une question de fonds sur l’organisation territoriale et la responsabilité « qui fait quoi ? Comment et pourquoi ? », le principe de subsidiarité – à condition d’être appliqué – pourrait apporter des éléments de réponse. L’Etat devrait se charger essentiellement des projets structurants alors que les régions devraient s’attaquer aux projets régionaux en s’appuyant sur les orientations de la politique nationale. Ce rappel fait qu’on ne peut pas parler de subsidiarité sans rappeler l’intérêt d’une sorte de rationalité à visage humain même si la performance économique reste toujours de grande importance. Dans un contexte économique de crise la rationalisation reposant sur la mutualisation des coûts est opportune. Reste la difficulté de réformer car les résistances des fonctionnaires d’une part, des élus et des citoyens de l’autre sont bien réelles (Giuilly, 2016). In fine, l’entrepreneuriat intervient comme support, source et cible de l’innovation induisant à son tour l’émancipation des territoires. Chaque territoire est actuellement contraint de mettre en place une stratégie d’innovation lui permettant de mettre en valeur ses potentiels matériel, humain et patrimonial. À l’image des entreprises, abstraction faite de leurs spécificités, les territoires peuvent concevoir et développer des systèmes d’innovation à leur échelle en s’appuyant sur les dynamiques endogènes mais aussi en connexion avec les réseaux similaires dans une logique partenariale et en valorisant le capital immatériel. L’innovation n’est donc pas l’apanage des seules zones d’effervescence telles que « CasaTechnoparc » ou « Rabat technopolis » espérant s’inscrire dans l’ambiance de Bangalore ou de la Silicone valley. « Innover en entreprenant » et « Entreprendre en innovant » sont deux dynamiques interconnectées et porteuses de développement territorial durable à condition que l’institutionnel cadre le processus dans sa globalité. Tous les territoires peuvent être innovants mais une interrogation de taille se pose surtout dans le contexte des pays en voie de développement : Comment orchestrer innovation, entrepreneuriat et territoire pour que ce dernier cesse d’être un simple espace support d’affectation et/ou de localisation des ressources et devenir un milieu émettant lui-même des ressources génériques et non transférables. C’est autour de cette question de fonds que ce colloque aspire capitaliser et valoriser l’existant et s’en servir comme élan pour l’avenir proche et lointain. Chercheurs, académiciens, experts, praticiens et institutionnels sont tous conviés à réfléchir sur les axes listés ci après.
Axes thématiques:
Fondements conceptuels et controverses théoriques en Entrepreneuriat et Innovation. – Aspects paradigmatiques et mesures des processus d’innovation territoriale et sociale. – Rôle des acteurs (Etat, Entreprises, Société civile, organismes de formation et de recherche, associations professionnelles, communautés,…) dans la promotion du tryptique Innovation, Entrepreneuriat et territoire. – Entrepreneuriat et systèmes territoriaux d’innovation (STI, Clusters, Pôles de compétitivité…) de la théorie aux expériences comparées (Sud-Sud, Nord-Sud et SudNord). – Compétitivité et Gouvernance territoriale. – Géostratégie, Entrepreneuriat et changement social. – Entrepreneuriat collectif, durable, social et solidaire. – Entrepreneuriat féminin.

Calendrier ou date à retenir :
Vendredi 11 Novembre 2016 : date limite d’envoi des propositions de communication Les propositions devront être adressées à (laredelriet@gmail.com). Elles consisteront en des résumés de 3 000 – 4 000 caractères (espaces compris). Les auteurs devront préciser leurs noms, prénom, fonction, structure de rattachement et adresse courriel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *