MEETAfrica : un programme européen de soutien à l’entreprenariat innovant de la diaspora africaine

Depuis 2006, le Dialogue Euro-Africain sur la migration et le développement, appelé « Processus de Rabat », réunit 60 pays européens, d’Afrique du Nord, de l’Ouest et Centrale, la Commission européenne, la CEDEAO et leurs plus hauts représentants (ministres et hauts fonctionnaires). Le Comité de pilotage de ce dialogue migratoire majeur a souhaité le financement du projet MEETAfrica (Mobilisation Européenne pour l’EntreprenariaT en Afrique), soulignant la pertinence de son approche pour répondre à la fois aux défis de la mobilisation des diasporas techniques pour le développement économique des pays d’origine, et de la promotion de l’entrepreneuriat innovant comme voie d’insertion professionnelle des jeunes de la diaspora scientifique / technique. C’est à ce jour le seul projet pilote (« Flagship Programme ») financé par le Processus, qui fête cette année ses 10 ans (2006-2016). Le projet, d’une durée de 22 mois, a pour objectif d’accompagner 80 entrepreneurs africains diplômés de l’enseignement français ou allemand dans la création dans leur pays d’origine, d’une entreprise à fort caractère technologique ou porteuse de solutions innovantes, dans le domaine agricole, industriel ou de services. Soutenir la création d’entreprises africaines innovantes et dynamiques MEETAfrica s’adresse aux étudiants en fin de cursus, aux jeunes chercheurs ou aux jeunes professionnels qualifiés, originaires de l’un des pays partenaires du programme (Algérie, Cameroun, Mali, Maroc, Sénégal, Tunisie) et résidant en Europe. Les jeunes talents sont sensibilisés aux enjeux de l’entrepreneuriat à travers un appel à projets lancé par chaque opérateur technique (Campus France, GIZ, IRD). Suite à un processus de sélection basé principalement sur le caractère innovant du projet d’entreprise, chaque entrepreneur lauréat dispose d’un appui dédié d’abord en Europe puis dans le pays d’origine. Des actions d’accompagnement de l’idée jusqu’à la création d’entreprise, et pouvant représenter jusqu’à 15 000 euros, sont établies dans une feuille de route spécifique. Ces actions relèvent de l’accompagnement à la création d’entreprise (plan d’affaires, étude de marché, marketing, etc.), du renforcement technologique des projets (preuve de concept, prototype, étude de faisabilité, etc.) et d’un soutien dans l’accès aux financements. L’exécution de la feuille de route, par étapes, permet aux porteurs de projets d’être soutenus tout au long du processus de création d’entreprise par différents interlocuteurs (coach, mentor, formateur, etc.) sur des problématiques logistiques, techniques et financières. L’effet de levier généré, qui permet de consolider la faisabilité technologique et la viabilité économique de l’entreprise, est primordial pour lancer celle-ci au Sud en garantissant un niveau de risque limité pour les investisseurs.
Source : www.expertisefrance.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *