Coopération internationale et développement urbain en Tunisie après le 11 janvier 2011

L’objectif général de la coopération internationale en matière de développement urbain est de mettre en œuvre des stratégies  urbaines visant à améliorer à la fois les conditions de vie des habitants et faire des villes des pays du Sud les moteurs d’un développement économique durable. En effet les grandes agglomérations des pays en développement  ont  longtemps été considérées comme lieu de cristallisation et symptômes des problèmes du monde en développement, voire comme la  source  et l’expression même du mal développement, voire de ses handicaps, des échecs des politiques de développement ( Goldblum 2004). L’engagement  des organismes de coopération des pays européens et des institutions internationale dans les projets  de développement urbain, s’articule dans un processus complexe amplifié par l’intervention d’un nombre croissant d’acteurs et marqué par des relations obligées entre  sphères publique et privée ( Osmont 2004). Dans un contexte de changement des modes de fabrication urbaine( nouveaux acteurs, nouvelles qualifications, nouvelles compétences, multiplication des bailleurs de fonds marqué par la poussée de l’urbanisation dans les pays en développement, rôle croissant  des collectivités territoriales et des ONG), la ville s’affirme de plus en plus comme acteur clé du développement et de la coopération et où la question urbaine se présente comme étant un enjeu majeur sur la scène des relations internationales.  Pour ce qui est de l’exemple de  la Tunisie après la chute de la dictature de Ben Ali en janvier 2011, il faut dire que et le pays se trouve  à l’heure actuelle engagée dans un processus d’affermissement de la démocratie et de l’état de droit, de rééquilibrage régional, de gouvernance, de justice sociale, de développement harmonieux de ses richesses  et  de développement durable de ses villes. Un grand nombre de projets de développement ont été ont été déployés par la coopération internationale dans le pays particulièrement sur le plan « développement urbain ». Dans notre communication et dans le cadre du colloque nous allons essayer de présenter et clarifier à partir de l’exemple tunisien les interrogations qui suivent :

Quelle est l’importance et la nature des  projets et programmes de développement urbains apportés par la coopération internationale en particulier les agences d’aide et les ONG aux différents partenaires tunisiens après janviers 2011 ? Quel est l’impact de ces projets au niveau des dispositifs de gestion urbaine et des modalités de leur mise en œuvre ? Peut-on relever des changements positifs des effets de ces programmes de développement urbain par rapport l’époque du régime de la dictature particulièrement du côté des bénéficiaires de l’aide ? Dans quelle mesure  La coopération internationale peut-elle soutenir l’activité scientifique et impliquer la recherche-action dans les projets de développement urabin?

Mots clés : Coopération international, développement urbain, ONG, Recherche -action


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *