Archives de l’auteur : Abdelala Bounouh

QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE INTELLIGENT ET COMMENT Y PARVENIR?

 

Le numérique est considéré de manière générale comme un facteur clé de développement économique et social pour les territoires (ville, communauté urbaine, département, région). Il peut améliorer radicalement les services publics dans tous leurs domaines de compétence (administration, entraide sociale, environnement, transports, santé, éducation, aménagement, …) mais également la qualité de vie, malgré une tendance de concentration urbaine et un contexte de baisse des dotations et de restructurations (réforme des territoires). De fait, de nombreuses expérimentations sont engagées sur ces sujets, dans des domaines très variés (transports intelligents, e-administration, réseaux électriques intelligents, interaction citoyens, …), suivant différentes approches (technologiques, collaboratives, …) avec pour le moment relativement peu de résultats concrets par rapport aux enjeux et à l’attente des citoyens et des entreprises, et sans véritable stratégie et cohérence d’ensemble. Les acteurs impliqués en viennent alors à se demander ce que recouvre vraiment le territoire intelligent, ce qu’il apporte, et comment construire un plan de transformation cohérent et efficace dans cette direction qui apporte des résultats tangibles. Nous apportons ici quelques éléments de réponse, qui doivent bien entendu se prolonger par une réflexion plus détaillée au cas par cas.

QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE INTELLIGENT ?

La combinaison de 3 leviers, chacun porteur d’innovations et apportant des bénéfices à la collectivité :

  • 1. Le déploiement d’infrastructures numériques fixes (fibre optique) et mobiles (3G/4G) pour fournir un accès internet très haut débit à tous et une capacité de collecte de données, pour construire un territoire connecté, reliant les habitants, les entreprises, les administrations, et les objets, en un vaste réseau d’informations
  • 2. Le développement de services numériques pour apporter des gains radicaux (efficacité, qualité, expérience clients) aux services publics de la collectivité (transports, environnement, énergie, éducation, …) et accompagner les transitions(énergétique en particulier), pour conduire à un territoire efficace offrant des services optimisés. Dans les transports publics, par exemple, ce levier consiste à améliorer l’intermodalité entre moyens de transports, les informations passagers et les modes de paiement, pour améliorer la qualité de service et le taux d’utilisation, et réduire d’autant les problèmes de saturation urbaine et de pollution.
  • 3. Le développement d’usages numériques, suivant une démarche collaborative d’innovation, pour accompagner l’évolution des modes de vie (nouveaux modes de travail, économie de partage, participation citoyenne, …) et conduire, in fine, à un territoire intelligent s’appuyant sur l’intelligence collective et le bien commun. En reprenant l’exemple précédent, il s’agit ici de répondre aux besoins de mobilité, de porte à porte, d’une part en réduisant ces besoins au juste nécessaire (télétravail, …), d’autre part en proposant des solutions complémentaires partagées (covoiturage local pour rejoindre un arrêt de car par exemple) dans une approche de bout en bout, avec un paiement aligné avec les usages.

Chacun de ces leviers s’appuie sur des technologies et des modèles économiques et opératoires propres, et contribue au développement économique et social de la collectivité, à l’amélioration des services publics, et une meilleure utilisation des ressources. Le développement des infrastructures constitue généralement une première étape de transformation pour constituer un socle favorisant le développement des services et des usages, déjà bien engagé dans le cadre du plan Très Haut Débit. Le développement des services et usages doit être également engagé sans délai, pour apporter des gains concrets aux citoyens et acteurs économiques. Le levier des usages est fondamental pour assurer l’adhésion des utilisateurs et évoluer vers de nouveaux modèles économiques assurant un retour sur investissement de l’ensemble (une mobilité partagée avec une meilleure utilisation des transports publics et une tarification forfaitaire en fonction des usages, dans mon exemple précédent). Ce référentiel étant posé, reste à comprendre comment mener une telle transformation.

COMMENT ÉVOLUER VERS UN TERRITOIRE INTELLIGENT ?

Suivant 4 facteurs clés de succès, indissociables.

  • 1. L’élaboration d’une stratégie de territoire, identifiant des priorités par rapport au contexte local et des ressources à engager, afin d’impulser et orienter l’ensemble des actions (aménagement, services et usages numériques) ; le développement économique et la préservation de l’environnement, par exemple, dans le cas d’une communauté urbaine.
  • 2. La focalisation sur les usages des citoyens, comme principal fil directeur, en particulier via la participation citoyenne (permettre aux citoyens d’accéder directement aux informations qu’ils recherchent, de signaler des incidents, d’émettre des avis, des recommandations, de proposer leurs services)
  • 3. Des axes fédérateurs assurant une cohérence d’ensemble : une politique de gestion des données publiques et d’innovation, le partage des ressources, des modes communs d’exploitation, en particulier.
  • 4. Une gouvernance collaborative et une démarche projets pragmatique, par étape (en fonction des priorités), chacune étant étayée par des objectifs quantifiés et des indicateurs d’avancement, et s’appuyant sur les ressources locales, dans une approche de développement durable.

Ces 4 facteurs sont essentiels pour engager un plan de transformation numérique du territoire efficace et atteindre par étape, avec une large contribution des acteurs locaux, des résultats tangibles : développement économique durable, qualité de vie, et entraide sociale. Un accompagnement externe de la collectivité pour mener une telle transformation est utile pour apporter un support méthodologique suivant un regard externe et des bonnes pratiques réutilisables.

 

GILLES MORVAN

Consultant développement numérique

 

 

 

L’économie verte : une réponse possible aux enjeux de la Tunisie

 

L’administration tunisienne conduit actuellement une étude pour la mise en place d’une stratégie nationale de l’économie verte en Tunisie. Par delà la connotation environnementale qui peut apparaître par le terme « verte », cette étude vient en réalité à point nommé dans le contexte post-révolution, du fait qu’elle doive apporter une réponse à des sujets d’actualité dans notre pays, comme celui du fameux modèle de développement dont tout le monde parle mais que peu d’acteurs expliquent.

 

Qu’est-ce que l’économie verte?

Pour simplifier, disons que l’économie verte représente toute économie qui assure un développement fort et harmonieux des trois composantes économiques, environnementales et sociales. Cela signifie que, même si le développement économique reste la priorité du pays, avec des objectifs de croissance du revenu et de l’emploi, ceci doit être assuré en même temps que la préservation des ressources naturelles, le respect de l’environnement, un meilleur partage des richesses entre les régions et entre les individus, une meilleure santé pour les citoyens… Ce concept est apparu progressivement, suite au constat d’échec des modèles de développement suivis jusque-là, qui ont le plus souvent engendré une forte augmentation des inégalités sociales et régionales et qui ont été à l’origine de multiples crises économiques, financières et environnementales. Partant de là, l’économie verte ambitionne de devenir un nouveau modèle de développement, en synergie avec l’esprit du développement durable lancé depuis le sommet de RIO en 1992 et repris au sommet RIO+20 en 2012.  La nouveauté introduite tient au fait que l’économie verte soit désormais utilisée comme base pour l’élaboration des plans de développement du pays. Pour ce faire, elle propose des projets mobilisateurs concrets et un mode de gouvernance pour les réaliser. Ce n’est plus une approche menée par les responsables de l’environnement, plus ou moins en marge de la planification nationale, mais bien une approche intégrée du développement, associant les principaux acteurs du pays. Elle conduit à un plan d’action, avec un choix de filières prioritaires et ne se limite plus à l’énoncé d’objectifs idéalistes.

 

L’exemple de la Corée du Sud

Il ne s’agit donc pas d’une utopie, mais d’une approche cohérente qui a fait ses preuves dans plusieurs pays, dont la Corée du Sud représente un modèle précurseur. En effet, l’expérience de ce pays en matière d’économie verte est devenue une source d’inspiration pour les pays émergents, comme pour l’OCDE.

C’est ainsi que la Corée, qui a subi de plein fouet la crise de 2008, avec une croissance négative en 2009, a fait le constat que son modèle initial de développement était trop fondé sur la production quantitative. Ceci s’est traduit par une économie très dépendante des exportations et des importations énergétiques et par une production industrielle de biens très intensifs en énergie et en carbone.
Face à cela, une commission présidentielle de la croissance verte a été constituée en février 2009 pour proposer une stratégie intégrée de développement durable associant des objectifs environnementaux et une politique industrielle ambitieuse.  L’objectif étant de passer à un modèle qualitatif s’appuyant sur des ressources renouvelables et faisant des nouvelles technologies vertes les moteurs de la croissance de demain. Cette commission était composée de l’administration et de personnalités du secteur privé reconnues pour leurs compétences.  La stratégie qui en a découlé a distingué deux horizons :

  • Le court terme pour faire face au chômage croissant : la stratégie s’est matérialisée par le lancement de grands travaux d’infrastructure ainsi que par des incitations publiques pour la reconversion des industries les plus polluantes.
  • Le moyen et long terme, basé sur une politique industrielle volontariste qui vise à positionner la Corée comme leader dans les technologies vertes, et qui fait de ces technologies le moteur de la croissance future. Dix axes stratégiques ont été retenus dans différents secteurs, et des projets mobilisateurs ont été identifiés, avec une feuille de route pour chacun de ces axes et des objectifs de résultats précis, que l’on a bien intégrés dans les plans quinquennaux du pays.
    En outre, cette stratégie s’est basée sur deux piliers :
  • La création, sous l’impulsion de l’État, d’une architecture financière verte capable de réorienter les flux d’investissement vers la R&D et l’innovation verte. Une approche intégrée a été suivie en prenant en compte la fiscalité environnementale afin de « bonifier » les projets respectueux du développement durable et de « pénaliser » les autres; Dans certains cas, cette approche a été assez dirigiste comme par exemple en matière d’efficacité énergétique : La Corée a instauré une obligation pour ceux qui construisent ou rénovent des bâtiments publics de plus de 3 000 m2, de consacrer au moins 5% de leurs dépenses à l’installation d’un système d’énergies nouvelles ou renouvelables.
  • La signature d’accords de coopérations stratégiques internationales avec les leaders mondiaux dans chaque domaine visé par le Plan afin d’accélérer le processus d’innovation.
    Un vaste plan de communication a été suivi pour diffuser cette stratégie à un public le plus large possible, et pour obtenir une mobilisation des efforts de tous. Cette communication a touché aussi bien les acteurs coréens eux-mêmes que les partenaires internationaux afin de les inciter à accompagner ce plan stratégique.

 

Que peut-on retenir pour la Tunisie?

Ce que l’on retient de cette expérience coréenne et de bien d’autres, c’est qu’un modèle alternatif de développement, basé sur l’économie verte est possible. Il permet à des pays comme la Tunisie de se remettre en question par rapport à un modèle qui a, certes fait ses preuves à un moment donné, mais qui doit évoluer pour faire face aux enjeux présents et futurs. Pour y arriver, il ne s’agit pas de lancer des slogans populistes sur les futurs modèles à retenir, mais bien d’adopter une approche basée sur des projets concrets mobilisateurs, et de disposer du mode de gouvernance approprié pour les mettre en œuvre. Ceci signifie qu’il faille identifier de tels projets et mettre en place une structure de pilotage de la stratégie. Le caractère exhaustif de ces projets n’est pas nécessaire voire même, n’est pas souhaitable. Il est en effet préférable de retenir un nombre restreints de projets ou de filières et de les mener à bien, en se préoccupant davantage de leur mode de management. A titre illustratif, des filières prioritaires pour la Tunisie pourraient être celles des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, de l’eau potable, de l’assainissement, du transport, de la gestion des déchets, du tourisme alternatif, de la production propre dans l’industrie…

 

Les facteurs clés de succès

Le succès d’une telle approche est conditionné par les facteurs suivants:

  • Le premier est celui de la définition de la stratégie tunisienne de l’économie verte et la sélection de filières ou de projets prioritaires sur lesquelles portera le plan d’action et la concentration des ressources. Ceci devra se faire en adoptant une démarche participative avec les principaux acteurs publics, privés et associatifs, et en encourageant les initiatives locales et régionales. Certains pays comme l’Afrique du Sud ont par exemple conclu un pacte entre les parties prenantes pour matérialiser leur engagement en faveur des objectifs de l’économie verte. Malgré cela, l’intervention de l’Etat, demeure primordiale, et doit être le moteur de l’action.
  • L’Etat sera aussi un acteur majeur pour la mise en place des conditions nécessaires à la concrétisation de la stratégie et des projets concrets. Cela comporte notamment son rôle au niveau de la formation des ressources humaines, de l’établissement de programmes de recherche et d’innovation, de politiques industrielles, de mécanismes de financement dédiés pour l’acquisition de technologie, de réglementation, de « protection » temporaire de filières. Sans aller jusqu’à un protectionnisme excessif ni à un retour à l’Etat centralisateur, les expériences ont montré que l’Etat devra jouer un rôle de « développeur » en créant l’environnement propice à l’investissement, spécifiquement dans les filières sélectionnées de l’économie verte.
  • L’intégration industrielle est également un facteur clé important : Aucun pays n’a pu développer les filières de l’économie verte, en étant un pur consommateur de technologie. L’intégration industrielle pourra par contre prendre la forme la plus adaptée au contexte de la Tunisie, en envisageant des pistes de co-traitance dans un cas, de production propre dans l’autre, avec un objectif d’augmenter davantage la valeur ajoutée.
  • Enfin, cette stratégie ne peut réussir sans la présence d’une instance de pilotage dédiée ayant les moyens d’intervention pour veiller à la réalisation des projets. C’est probablement le facteur clé de succès le plus important. L’une des configurations possibles est celle qui se base sur deux instantes principales : Un Comité stratégique au plus haut niveau de l’Etat, chargé de la définition de la stratégie et de l’évaluation de l’atteinte des résultats. Une instance de gestion qui pilote la mise en œuvre des projets stratégiques de l’économie verte et qui est redevable des résultats obtenus. Celle-ci travaillera en étroite coopération avec les structures de gestion de chaque projet individuel. Une telle configuration n’a rien d’exceptionnel. Elle constitue l’organisation classique adoptée pour mettre en œuvre une stratégie. Elle n’est pourtant pas opérationnelle en Tunisie en matière de pilotage du développement !

Ali Chelbi

 

Entrepreneuriat social : Un accord tuniso-franco-libanais

 

IHEC Carthage, Shanti, arcenciel, 3A et Orange Tunisie ont signé un partenariat pour le développement de l’entrepreneuriat social entre les deux rives de la Méditerranée. C’est à l’occasion de l’organisation, jeudi 6 avril à la Chapelle de l’IHEC Carthage, d’un séminaire sur l’innovation sociale réunissant les étudiants de 3A et de l’IHEC Carthage que l’accord de partenariat a été signé officiellement par les 3 partenaires. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger autour de ce modèle innovant de collaboration entre les acteurs nationaux et internationaux du secteur public et privé. Elle a été également l’occasion de confirmer l’engagement des partenaires dans le but de consolider leurs futures actions pour une pédagogie active au service de l’entrepreneuriat social. Process-méditerranée est un programme de coopération en entrepreneuriat social entre les trois rives de la Méditerranée, initié depuis 2016 avec son programme jeunes en Tunisie, au Liban et en France. Il renforce les liens entre universités, entreprises et associations.

Porteur d’optimisme, l’entrepreneuriat social permet d’apporter de nouvelles réponses à des problématiques de long terme. Fruit d’une étroite collaboration entre partenaires tunisiens, français et libanais, Processméditerranée s’inscrit dans cette dynamique et œuvre à la construction de nouveaux ponts entre les trois rives de la Méditerranée avec pour mission de susciter les initiatives du changement en soutenant les entrepreneurs sociaux présents et en devenir. S’appuyant sur une coopération originale Sud-Sud-Nord, le programme jeunesse de processméditerranée vise à la mise en œuvre de nouvelles méthodes d’apprentissage et à l’instauration d’un dialogue entre les partenaires pour stimuler l’innovation sociale et la création d’activités alliant la triple mission économique, sociale et environnementale.

Initié par arcenciel France, en collaboration avec l’Ecole supérieure de commerce 3A (France), le programme se développe en Tunisie entre Shanti et IHEC Carthage pour proposer une nouvelle approche de la formation académique en entrepreneuriat social basée sur le renforcement des liens entre universités et professionnels et l’immersion des étudiants au plus près des acteurs de l’écosystème. Fort de son engagement auprès de l’IHEC Carthage, Orange Tunisie s’allie à ce programme et continue à s’engager, dans le cadre de la Chaire RSE, pour la promotion de l’entrepreneuriat social et pour la mobilité des jeunes étudiants tunisiens en Méditerranée, afin qu’ils puissent s’inspirer des meilleurs pratiques internationales en la matière.

L’opérateur accompagnera également les étudiants du master entrepreneuriat social en mettant à leur disposition des solutions numériques pour répondre à leurs problématiques sociales. De plus, Orange Tunisie a proposé que leurs cas pratiques soient réels : ils vont en effet bénéficier du vécu de startups sociales technologiques accompagnées par l’opérateur dans le cadre d’Orange Developer Center ou du Prix Orange de l’Entrepreneur Social. Trois étapes sont organisées, en Tunisie, au Liban et en France, regroupant professionnels et étudiants. En janvier 2017, Shanti et l’IHEC Carthage, avec le soutien d’Orange Tunisie ont organisé un voyage d’études au Liban pour les étudiants du master d’entrepreneuriat social de l’IHEC Carthage. Rejoignant des jeunes français et les équipes d’arcenciel, les participants ont pu travailler avec des entreprises sociales et confronter les concepts appris à la réalité du terrain. Cette expérience sera renouvelée en Tunisie en mai 2017 avec la venue d’étudiants et de professionnels français et libanais.

Source: communiqué. This page was exported from Kapitalis [ http://kapitalis.com/tunisie ]

 

Les événements, appels à projets, prix, formations,

 

 

22 juin 2017

Participez aux Trophées Harmonie Mutuelle de l’ESS avant le 30/06 !

Acteur à part entière de l’ESS, Harmonie Mutuelle organise son 4e Trophée de l’économie sociale et solidaire (ESS) en Région Grand-Est. Un événement unique qui vise à récompenser les […]

22 juin 2017

Ashoka fait entrer l’innovation sociale à Station F !

L’innovation sociale débarque à partir du mois de JUILLET 2017  dans les 34 000 m² de la station F,  l’un des plus grands campus  de startups au monde  situé dans 13ième   arrondissement de Paris […]

22 juin 2017

Lancement de la Chaire Innovation publique ENA/ENSCI

L’École Nationale d’Administration (ENA) en partenariat avec l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI),  offre le mercredi 05 juillet de 16h30  à 18h30 une formation […]

22 juin 2017

Prix Entreprises et Environnement 2017 : Appel à candidatures jusqu’au 11/07

En 2017, les Prix Entreprises et Environnement (PEE) fêtent leur 30ème anniversaire ! L’édition 2017 des Prix récompense les actions et projets exemplaires portés par les entreprises dans […]

22 juin 2017

Forum transdisciplinaire : Entreprises sociales pour des sociétés durables le 3/07

Participez au Forum transdisciplinaire : Entreprises sociales pour des sociétés durables le lundi 3 juillet 2017, aux auditoires Socrate, Place Cardinal Mercier, 1348 Louvain-La-Neuve. Des […]

22 juin 2017

Participez au Concours Talents des Cités 2017 avant le 31/07

Chaque année, le concours Talents des Cités récompense une quarantaine de créateurs d’entreprise dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville. Qui peut concourir ? Catégorie […]

21 juin 2017

Rencontre « Coopérer et innover en faveur des territoires » le 5/07

Le Labo de l’ESS organise une rencontre « Coopérer et innover en faveur des territoires » le 5 juillet à l’Auditorium de la Macif (Paris 15e) dans le cadre de la récente publication de son […]

15 juin 2017

D.EVENT – La conférence du design thinking le 27/06 !

Créer les conditions optimales pour déclencher les pouvoirs de l’inspiration est essentiel dans notre vie d’innovateur. La conférence internationale du design thinking du 27 juin est consacrée […]

15 juin 2017

3ème petit déjeuner de la mesure d’impact social le 26/06

Convergences organise la 3eme réunion du cycle des « Petits déjeuners de la mesure d’impact social » le 26 juin 2017 de 8h30 à 11h00 chez Gus, 62 rue de Prony 75017. Cette […]

6 juin 2017

« Entrepreneuriat social : terreau fertile d’expression des talents atypiques? » le 7/06

Venez participer à la prochaine table ronde « Talents atypiques » organisée et animée par Olivier Endelin, Délégué Mensa Pro, le 7 juin de 18h30 à 20h30. Trois intervenants […]

 

PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DE L’ECOTOURISME DANS LE NORD OUEST DE LA TUNISIE : CAS DE LA KHROUMIRIE.

L’écotourisme est une approche de développement local et durable, intégrant le social, l’environnemental et l’économique, maîtrisé par et pour les communautés hôtes. Quatre principes fondent l’écotourisme: valorisation de la conservation et de la protection de l’environnement, contribution équitable au développement économique et social, prise en compte des besoins des communautés hôtes, promotion d’une expression touristique responsable. Le développement de l’écotourisme en Tunisie s’impose car le pays dispose d’un capital naturel fragile et limité, soumis à de fortes pressions. Il se justifie également par le fait qu’il permettra au tourisme tunisien de se positionner sur les segments haut de gamme, à haute valeur ajoutée et de rehausser l’image quelque peu terne du tourisme de masse et balnéaire dominant. L’écotourisme peut être considéré comme étant un enjeu de développement important, car il pourrait contribuer à un désenclavement physique et mental, à la valorisation durable des ressources naturelles et devenir une source de revenus stable pour la population locale. En Tunisie il existe plusieurs  sites à fortes potentialités écotouristiques dans le Nord Ouest du pays  identifiés et répondant aux critères de développement durable (propension à lutter contre la désertification, à impliquer les populations locales et à contribuer à leur développement socio-économique). La diversité des ressources de ces sites offre des possibilités d’activités très diversifiées.  Parmi ces sites nous citerons la Khroumirie située dans le Nord ouest tunisien caractérisé par sa pluviométrie et ses forets et qui dispose de potentialités et ressources naturelles (forêt et sources thermales) qui permettent de développer des activités d’écotourisme. A partir  d’une présentation axée sur  les principales potentialités écotouristique de la région, les aménagements nécessaires pour la finalisation du projet écotouristique et les impacts de ces aménagements sur le territoire étudier,   notre communication va essayer de répondre aux interrogations suivantes :

  • Quel rôle doit jouer l’écotourisme dans le processus de valorisation de  conservation et de  protection de l’environnement ? L’activité écotouristique n’est pas dommageable à l’environnement. La valorisation de la conservation et de la protection de l’environnement constitue ainsi le principe de base de l’écotourisme contrairement au tourisme de masse qui est souvent jugé dommageable pour l’environnement.
  • Quelle est la contribution équitable réelle de l’écotourisme en matière de développement économique local ? La contribution équitable au développement économique local, à travers un projet, constitue le deuxième principe de l’écotourisme. Il s’agit d’un principe fondamental qui insère l’écotourisme dans une logique de marché faisant de lui une activité nécessairement viable sur le plan économique tout en améliorant les produits et services aux touristes, et en générant des emplois et ressources au plan local
  • Quelle est la démarche qu’il faut adopter en vue de la prise en compte des besoins des communautés hôtes ? Pour  la réalisation d’un projet écotouristique, il est indispensable de tenir compte des besoins des communautés hôtes, de soutenir leur bien être et d’améliorer leur condition de vie dans une perspective de développement local.
  • Quels sont les moyens pour la promotion d’une expression touristique authentique et responsable ? L’écotourisme matérialisé par cette nouvelle relation entre le touriste et l’environnement visité, dans une dynamique d’implication de la population locale, est une expérience nouvelle et hautement significative dans l’esprit et le comportement du touriste traditionnel.

 

Coopération internationale et développement urbain en Tunisie après le 11 janvier 2011

L’objectif général de la coopération internationale en matière de développement urbain est de mettre en œuvre des stratégies  urbaines visant à améliorer à la fois les conditions de vie des habitants et faire des villes des pays du Sud les moteurs d’un développement économique durable. En effet les grandes agglomérations des pays en développement  ont  longtemps été considérées comme lieu de cristallisation et symptômes des problèmes du monde en développement, voire comme la  source  et l’expression même du mal développement, voire de ses handicaps, des échecs des politiques de développement ( Goldblum 2004). L’engagement  des organismes de coopération des pays européens et des institutions internationale dans les projets  de développement urbain, s’articule dans un processus complexe amplifié par l’intervention d’un nombre croissant d’acteurs et marqué par des relations obligées entre  sphères publique et privée ( Osmont 2004). Dans un contexte de changement des modes de fabrication urbaine( nouveaux acteurs, nouvelles qualifications, nouvelles compétences, multiplication des bailleurs de fonds marqué par la poussée de l’urbanisation dans les pays en développement, rôle croissant  des collectivités territoriales et des ONG), la ville s’affirme de plus en plus comme acteur clé du développement et de la coopération et où la question urbaine se présente comme étant un enjeu majeur sur la scène des relations internationales.  Pour ce qui est de l’exemple de  la Tunisie après la chute de la dictature de Ben Ali en janvier 2011, il faut dire que et le pays se trouve  à l’heure actuelle engagée dans un processus d’affermissement de la démocratie et de l’état de droit, de rééquilibrage régional, de gouvernance, de justice sociale, de développement harmonieux de ses richesses  et  de développement durable de ses villes. Un grand nombre de projets de développement ont été ont été déployés par la coopération internationale dans le pays particulièrement sur le plan « développement urbain ». Dans notre communication et dans le cadre du colloque nous allons essayer de présenter et clarifier à partir de l’exemple tunisien les interrogations qui suivent :

Quelle est l’importance et la nature des  projets et programmes de développement urbains apportés par la coopération internationale en particulier les agences d’aide et les ONG aux différents partenaires tunisiens après janviers 2011 ? Quel est l’impact de ces projets au niveau des dispositifs de gestion urbaine et des modalités de leur mise en œuvre ? Peut-on relever des changements positifs des effets de ces programmes de développement urbain par rapport l’époque du régime de la dictature particulièrement du côté des bénéficiaires de l’aide ? Dans quelle mesure  La coopération internationale peut-elle soutenir l’activité scientifique et impliquer la recherche-action dans les projets de développement urabin?

Mots clés : Coopération international, développement urbain, ONG, Recherche -action

POUR UN DÉVELOPPEMENT SPÉCIFIQUE AUX RÉGIONS INTÉRIEURES

L’Unité de recherche Biogéographie, Climatologie Appliquée, Dynamique Erosive (BIOCADE) à la Faculté des Lettres des Arts et des Humanités de la Manouba, organise un colloque international les 15, 16 et 17 mars 2017 au campus de la Manouba.

Les politiques de développement des espaces intérieurs ont expérimenté plusieurs approches (création de pôles industriels, proposition d’avantages fiscaux, promotion administrative, projets de développement rural intégré, aménagements hydrauliques et environnementaux, solidarité sociale…). Ces stratégies considèrent souvent les espaces intérieurs comme des territoires marginaux et cherchent à y diffuser des formes de développement déjà expérimentées dans les centres et les axes littoraux (industrie, tourisme balnéaire, agriculture productiviste et spéculative…). Pourtant, force est de reconnaître que malgré tous les programmes lancés, les régions intérieures continuent d’accuser un retard économique et social par rapport aux façades littorales. Ainsi, les soulèvements populaires de 2011, qui ont ébranlé le monde arabe, ont montré la grande sensibilité des citoyens quant aux disparités régionales et l’incidence directe de ces dernières sur la stabilité des pays en voie de développement. Aujourd’hui, il est essentiel pour les chercheurs de faire le bilan de ces politiques de développement des régions intérieures et de réviser les concepts, les modèles et les structures qui ont guidé la formulation et la réalisation des programmes expérimentés. Il est nécessaire aussi de réfléchir aux moyens de faire évoluer les idées et les politiques afin de proposer des approches nouvelles qui considèrent les régions intérieures comme des espaces différenciés par leurs ressources naturelles, humaines et culturelles, comme des espaces spécifiques par l’histoire, les expériences de vie et les créations de leurs populations et comme des espaces actifs par le dynamisme de leurs élites, le savoir-faire local de leurs populations… L’enjeu est de prendre en considération ces spécificités dans des modèles de développement qui se fondent sur le tourisme alternatif, sur l’exploitation des ressources naturelles et patrimoniales permettant la valorisation durable des produits du terroir ainsi que des savoir-faire locaux et la consolidation des réseaux qui assurent l’ouverture de ces territoires intérieurs et leur association aux échanges nationaux et internationaux. Il est aussi nécessaire de réfléchir aux institutions et organisations gouvernementales et locales capables de concrétiser ces idées, et de convaincre les populations et les élites des régions intérieures de s’engager dans ces approches. Cette rencontre permettra, entre autres, de débattre des thématiques suivantes :
• L’aménagement du territoire et le développement local et régional,
• Les potentialités naturelles et humaines et le développement territorial,
• La gouvernance et la dynamisation des espaces intérieurs,
• Le patrimoine matériel et immatériel et la valorisation des activités locales (tourisme, produits du terroir, savoirs-faire locaux…),
• Les espaces intérieurs et les réseaux (diasporas, multinationales, médias, relations culturelles…).
Programme Le colloque comportera : des séances de communications orales, une séance de présentation des posters, une excursion d’une journée dans la Dorsale centrale.
Les propositions de participation (communications orales ou posters) doivent être faites sous forme de courts résumés rédigés en arabe, français ou anglais et doivent respecter la présentation suivante : le titre de la communication, des renseignements sur le ou les auteur(s), titre, adresse, mail, affiliation institutionnelle, 20 lignes, environ, de description scientifique, les documents enregistrés au format (.doc), police Times, taille 12, alignement justifié, interligne simple, les mots clés (4).
Les propositions, accompagnées de la fiche d’inscription, doivent impérativement être transmises au coordinateur du colloque (khaledafifabaza@gmail.com) avant l8/12/2016. Le premier auteur de la communication proposée sera avisé le 14/01/2017. Merci d’envoyer au coordinateur du colloque: khaledafifabaza@gmail.com

MEETAfrica : un programme européen de soutien à l’entreprenariat innovant de la diaspora africaine

Depuis 2006, le Dialogue Euro-Africain sur la migration et le développement, appelé « Processus de Rabat », réunit 60 pays européens, d’Afrique du Nord, de l’Ouest et Centrale, la Commission européenne, la CEDEAO et leurs plus hauts représentants (ministres et hauts fonctionnaires). Le Comité de pilotage de ce dialogue migratoire majeur a souhaité le financement du projet MEETAfrica (Mobilisation Européenne pour l’EntreprenariaT en Afrique), soulignant la pertinence de son approche pour répondre à la fois aux défis de la mobilisation des diasporas techniques pour le développement économique des pays d’origine, et de la promotion de l’entrepreneuriat innovant comme voie d’insertion professionnelle des jeunes de la diaspora scientifique / technique. C’est à ce jour le seul projet pilote (« Flagship Programme ») financé par le Processus, qui fête cette année ses 10 ans (2006-2016). Le projet, d’une durée de 22 mois, a pour objectif d’accompagner 80 entrepreneurs africains diplômés de l’enseignement français ou allemand dans la création dans leur pays d’origine, d’une entreprise à fort caractère technologique ou porteuse de solutions innovantes, dans le domaine agricole, industriel ou de services. Soutenir la création d’entreprises africaines innovantes et dynamiques MEETAfrica s’adresse aux étudiants en fin de cursus, aux jeunes chercheurs ou aux jeunes professionnels qualifiés, originaires de l’un des pays partenaires du programme (Algérie, Cameroun, Mali, Maroc, Sénégal, Tunisie) et résidant en Europe. Les jeunes talents sont sensibilisés aux enjeux de l’entrepreneuriat à travers un appel à projets lancé par chaque opérateur technique (Campus France, GIZ, IRD). Suite à un processus de sélection basé principalement sur le caractère innovant du projet d’entreprise, chaque entrepreneur lauréat dispose d’un appui dédié d’abord en Europe puis dans le pays d’origine. Des actions d’accompagnement de l’idée jusqu’à la création d’entreprise, et pouvant représenter jusqu’à 15 000 euros, sont établies dans une feuille de route spécifique. Ces actions relèvent de l’accompagnement à la création d’entreprise (plan d’affaires, étude de marché, marketing, etc.), du renforcement technologique des projets (preuve de concept, prototype, étude de faisabilité, etc.) et d’un soutien dans l’accès aux financements. L’exécution de la feuille de route, par étapes, permet aux porteurs de projets d’être soutenus tout au long du processus de création d’entreprise par différents interlocuteurs (coach, mentor, formateur, etc.) sur des problématiques logistiques, techniques et financières. L’effet de levier généré, qui permet de consolider la faisabilité technologique et la viabilité économique de l’entreprise, est primordial pour lancer celle-ci au Sud en garantissant un niveau de risque limité pour les investisseurs.
Source : www.expertisefrance.fr

ÉVÉNEMENTS À VENIR

 

Improving the Management and Effectiveness of Cooperatively Owned Business Organizations. NCERA-210 Annual Meeting. November 2nd, 2016. Radisson downtown Minneapolis, Minnesota USA. (RECALL)

Vers un écosystème territorial d’innovation sociale propice au développement local durable? 3ème colloque « Innovation sociale et territoires » organisé par le Centre de Recherche Appliquée de la SCICTETRIS avec la collaboration de la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse et de l’Institut Jean-Baptiste Godin. 9 et 10 novembre 2016. Théâtre de Grasse, Pays de Grasse, France. (RAPPEL)

Nonprofits in Public Policy: Challenges and Opportunities. 2016 symposium on public policy organized by the Association for Research on Nonprofits and Voluntary Action (ARNOVA). November 15th, 2016. Washington, USA. (RECALL)

1st International Forum on Co-operative Law. Organised by the Co-operative Law Committee (CLC) of the International Co-operative Alliance. November 16th – 18th, 2016. Montevideo, Uruguay.

Économie sociale et solidaire dans les territoires : Initiatives, enjeux et perspectives. XVe Conférence Annuelle Internationale du Réseau International d’Intelligence Territoriale (INTI). 23 – 25 novembre 2016. Charleroi et Liège, Belgique. (RAPPEL)

Les politique locales et la contrainte financière: État des lieux et perspectives. Colloque organisé par le Réseau Finances locales. 24 et 25 novembre. Paris, France. (RAPPEL)

Gestion des entreprises sociales et solidaires (GESS). 4emes Journées Internationales de Recherche organisées par la Chaire ESS, Laboratoire Gains-Argumans (Université du Maine) en partenariat avec le Projet ICSEM International Comparative Social Enterprise Model. 5 décembre 2016. Le Mans, France. (RECALL) http://www.gdr3720.fr/

Mesures d’impact (social) et impacts des mesures. Workshop international financée par le GDR « Policy Analytics » en lien avec la ChairESS de la région Hauts-de-France et avec le PEPS-INSHS AGLOS et l’ANR Clean. 6 et 7 décembre 2016. Lille, France. (RAPPEL)

Des émergences à la reconnaissance. Trajectoires d’innovation. 5 e édition du Colloque international du CRISES. 6 et 7 avril 2017. Université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal, Québec, Canada. (Rappel)

New Economy & Social Innovation – NESI 2017. International event organized by RIPESS Europe and RIPESS International. April 19th – 22th , 2017. City of Malaga, Spain.

What’s Next? Disruptive/Collaborative Economy or Business as Usual?. 29th Annual Conference of SASE (Society for the Advancement of Socio-Economics). June 29th – July 1 st, 2017. Claude Bernard University – Lyon 1, Lyon, France.

Source: CIRIEC: Bulletin ECO-SOC-INFO Octobre 2016.

APPELS À CONTRIBUTIONS

Calls for contributions / Convocatorias de artículos
Comment former à l’économie sociale et solidaire? Engagement, citoyenneté, développement. Forum International de l’ESS du Réseau Inter-Universitaire de l’Economie Sociale et Solidaire (RIUESS), le Réseau Développement durable et Lien social (2DLiS) et le Réseau Marocain de l’Economie sociale et solidaire (REMESS). Ce Forum est co-organisé par l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (Maroc) et l’Université de Haute-Alsace. 22 au 24 mai 2017. Marrakech, Maroc. Date limite de soumission: 15 novembre 2016. (Rappel)
Économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains. Les XXXVIIèmes journées de l’AÉS (Association d’Économie Sociale) organisés par le Laboratoire d’économie dionysien, Université Paris 8. 7 et 8 septembre 2017. St-Denis, France. Date limite de soumission: 21 novembre 2016. (Rappel)
El Trabajo Social como gobierno de lo social en contextos de desigualdad : un número monográfico Desde la revista de la Universidad Complutense Cuadernos de Trabajo Social. La fecha límite para el envío: noviembre 30th, 2016. (RECALL)
Social enterprise for sustainable societies. 6th EMES International Research Conference on Social Enterprise organized in partnership with the Interdisciplinary Research Center on Work, State and Society (CIRTES, Université catholique de Louvain) and the Social Enterprise Belgian Interuniversity Attraction Pole (IAP). July 3rd – 6 th, 2017. Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve), Belgium. Deadline for submission: January 9 th, 2017. (RECALL)

 

Lancement d’une plateforme tunisienne de commerce équitable

 

Le lancement d’une plateforme tunisienne de commerce équitable des produits agricoles et agroalimentaires, regroupant toutes les structures opérant dans ce domaine, a été annoncé  lors de la Première Conférence nationale sur le commerce équitable des produits agricoles et agroalimentaires tunisiens, organisée les 20 et 21 octobre en marge du SIAT 2016, à Tunis.
L’idée de lancer cette plateforme est le fruit d’un travail commun entrepris par la Chambre syndicale nationale des conseillers agricoles (Csnca-Utica), l’association Platess, active dans le domaine de l’économie sociale et solidaire et l’association Tunisie Coop (Coopérative de consommateurs), a affirmé,Walid Gaddas, président de la Csnca-Utica.
«Les trois associations travaillaient ensemble depuis des mois à développer un projet dans le domaine de l’économie sociale et solidaire qui ciblerait les petits producteurs et dont l’impact serait également ressenti par les consommateurs», a-t-il dit. «Il s’agit d’un projet de développement de filières courtes, qui consiste à encadrer des groupements de producteurs afin de les aider à renforcer leur productivité et la qualité de leurs productions, et à créer des points de vente physiques et électroniques qui permettraient de vendre ces produits à des prix raisonnables», a-t-il ajouté.
A cet égard, tout un plan national est en cours d’élaboration, dont le principal objectif serait, outre la création d’une plateforme nationale de commerce équitable, la mise en place d’une politique nationale en la matière, a fait savoir, de son côté, Mohamed Ben Mahmoud, expert en finance et président de Platess.
«Cette politique ciblerait essentiellement les petits exploitants, notamment les femmes, partant du constat qu’une forte proportion de la main-d’œuvre agricole est constituée de femmes et qu’une grande partie des richesses produites au niveau des zones rurales est aussi assurée par des femmes», a-t-il précisé.
La Presse de Tunisie, 23 octobre 2016

Développer dans le sud tunisien le tourisme environnemental

La Chambre de développement du tourisme oasien et saharien (Cdtos) a organisé récemment, en collaboration avec le Fonds emploi de la GIZ, et la participation de l’Association de sauvegarde de la Médina de Tozeur, un workshop de suivi et de mobilisation des acteurs du projet financé par la coopération allemande.
Ce projet entre dans le cadre de l’initiative de la coopération allemande GIZ, à travers son bureau de Tunis, qui a lancé une nouvelle initiative d’appui à un projet innovant à travers le Fonds emploi de la GIZ, mis en œuvre par la Coopération internationale allemande (GIZ) sur mandat du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ).
Il vise à soutenir un développement touristique diversifié et durable afin de développer le tourisme local en diversifiant ses produits, en améliorant ses services et en mettant en valeur le patrimoine culturel et environnemental de Tozeur
Ce workshop a vu la participation massive des principaux acteurs touristiques de la région (autorités locales, ministère du Tourisme, société civile, agences de voyages, guides, propriétaires de calèches…), et a permis, à travers un processus participatif, de consolider le contenu du projet par des recommandations et des propositions.
Le tourisme étant un vecteur important de développement socioé-conomique, ce nouveau projet, intitulé « Le tourisme culturel, vecteur de consolidation et de création d’emplois touristiques durables », ambitionne, comme l’ont souligné les experts de la GIZ, Tobias Seiberlich et Sami Saya, de développer l’esprit de partenariat avec tous les acteurs du Djérid et de doter le sud tunisien d’un développement durable et d’une offre touristique basée sur la qualité environnementale, culturelle et sociale, permettant la promotion de l’identité du Djérid et valorisant ses sites, sa culture et ses produits locaux, tout en encourageant la sensibilisation au développement durable.
« Ce projet vise à accompagner un développement touristique durable : la valorisation des espaces et territoires qui s’appuient sur leurs potentialités naturelles et culturelles à même de valoriser le patrimoine naturel et culturel de la région», a également souligné Karim Cheraït, membre très actif de la Cdtos. Nabil Gasmi, président de la Cdtos, a indiqué pour sa part que « ce projet va consister à la conception et la réalisation de nouveaux horizons de valorisation touristique et particulièrement des thématiques innovatrices et pertinentes, à savoir :
-Privilégier la qualité par rapport à la quantité de l’offre et de la demande touristiques ;
-Augmenter les nuitées en proposant d’autres produits et services ;
-Relancer le tourisme sur de nouvelles bases ;
-Conservation du patrimoine cinématographique (sources de revenus touristiques) dans les trois lieux d’intervention (Gorge de Sidi Bouhelal, site Mos Espa et site Lars Homestead)
-Formation thématique qui concernera un nombre important d’acteurs (40 guides et accompagnateurs, 120 chauffeurs touristiques, 40 artisanes).
Chiraz OUNAIS : La Presse de Tunisie
Ajouté le : 23-10-201

Les objectifs de l’association AEISTE

L’innovation sociale, territoriale et environnementale qui se présente comme étant « une réponse nouvelle à une problématique ou à un besoin identifié collectivement dans un territoire, en vue d’apporter une amélioration du bien-être et un développement local durable », s’est imposée au cours des deux dernières décennies dans le discours des chercheurs comme celui des décideurs politiques et constitue une préoccupation qui a pris de l’ampleur au cours des vingt dernières années ; toutefois ce champ n’a pas été bien couvert en matière de recherche dans les pays en développement particulièrement la Tunisie. Les enjeux du développement de l’innovation sociale et territoriale sont particulièrement pertinents aujourd’hui, compte tenu du contexte socio-économique et des transitions en cours. Pour cette raison nous avons pensé qu’il est urgent de mettre en place une association qui regroupe les universitaires, des doctorants, des étudiants et toutes personnes intéressés par le thème de l’innovation sociale, territoriale et environnementale qui constitue un pilier essentiel de l’économie sociale et solidaire. La mise ligne d’un carnet doit permettre la mise en relief de l’information scientifique et pratique, les thèmes de recherche et les différents événements en relation avec l’innovation sociale, territoriale et environnementale en Tunisie et dans le monde susceptibles d’intéresser les membres et les amis de l’association. De plus le carnet constitue une passerelle pour établir des contacts avec des structures et institutions intéressées par ce thème en vue de réaliser des actions communes.

Les objectifs de l’ Association pour les études en innovations sociales, territoriale et environnementale créée en août 2016 par des chercheurs, universitaires et doctorants se présentent comme suit:

  • Inventorier, repérer, mettre en exergue les innovations qui émergent de l’économie sociale solidaire (ESS) et faciliter le transfert de ces innovations en vue de favoriser le développement des territoires ;
  • Appréhender et analyser les processus de production, d’appropriation et d’essaimage des innovations sociales comme des processus de construction territoriale et comprendre les dynamiques territoriales de l’innovation sociale à partir de l’analyse de la capacité créative des réseaux et de leur impact sur le développement des territoires ;
  • Produire et diffuser des connaissances nouvelles sur les innovations et les transformations sociales, organiser des activités scientifiques et de transfert des innovations dans divers domaines et offrir un lieu de concertation et de coordination pour les activités de recherche ;
  • Faire connaître les travaux des unes et des autres, de permettre aux acteurs de l’économie sociale et solidaire, ainsi qu’à nos partenaires institutionnels, d’identifier les équipes de recherche universitaires travaillant sur l’économie sociale et solidaire et de repérer leurs thématiques et approches respectives ;
  • Développer le partenariat avec des réseaux similaires dans le monde et renforcer les liens et la coopération entre le milieu universitaire, les acteurs de l’économie sociale et les pouvoirs publics dans une perspective de consolidation du processus de transfert des innovations.

Dans le cadre de ses objectifs, l’association se propose de gérer  l’Observatoire de l’innovation sociale et territoriale en Tunisie à travers la création d’un   site internet.L’Observatoire aura comme missions :

  • La gestion d’une base de données en relation avec les questions qui concernent l’innovation sociale et territoriale en Tunisie.
  • La collecte et diffusion de toute information utile à l’innovation sociale et territoriale  (liens internet, études originales effectuées par les membres de l’association etc.) ;
  • La réalisation d’études, d’analyses et de diagnostics souhaités par des collectivités territoriales et/ou des membres de l’association.
  • La gestion d’une bourse d’offres et de demandes en matière d’innovation sociale et territoriale, émanant d’institutions tunisiennes et étrangères.

 

 

 

Le LAB‘ESS : Le Laboratoire de l’économie sociale et solidaire

 

En 2011, la société civile tunisienne connait une effervescence d’initiatives associatives suite à la révolution. Une nouvelle vague un nouveau vent de liberté souffle et l’engagement citoyen prend le relais et contribue à la transition démocratique et à sa pérennisation. Parmi les initiatives, le forum de la jeunesse est mis en place par l’Institut Français de Tunisie et différents partenaires afin de favoriser et renforcer la collaboration entre les organisations de la société civile tunisienne et française.
Suite à ce forum, 5 associations tunisiennes, ENDA, AMAL, RANDET, SAWTY, ESMAANI, en partenariat avec Développement Sans Frontières, association du GROUPE SOS, l’Institut Français de Tunisie et l’Ambassade de France, ont développé un programme de renforcement de compétences de la société civile : le BAC, Bureau Associations Conseil.
En 2012, Développement Sans Frontières devient la structure porteuse du programme BAC. A cet effet, une antenne locale est créée, DSF Tunisie. L’objectif est d’une part de structurer le BAC et d’autre part de promouvoir l’ESS en Tunisie. C’est ainsi que le programme LAB’ESS, Laboratoire de l’Economie Sociale et Solidaire, voit le jour en 2013. Il intègre deux composantes : le BAC et IMPACT, le premier incubateur d’entreprises sociales en Tunisie.

  • BAC (Bureau Associations Conseil) au service des acteurs associatifs. Initié en 2011, le BAC est le fruit de la collaboration entre la société civile tunisienne et française pour la mise en place d’un dispositif contribuant à professionnaliser le travail associatif en Tunisie. Il répond aux besoins d’un tissu associatif ayant vu le jour après la révolution en offrant des services de formation et d’accompagnement aux associations tunisiennes. Le BAC propose à toutes les associations tunisiennes un accompagnement gratuit et personnalisé et transmet aux associations des connaissances et les forme sur des outils pour leur permettre de gagner en efficacité, pertinence et impact.
  • IMPACT, l’incubateur au service de l’entrepreneuriat social. Lancé à l’automne 2013, IMPACT est le premier incubateur d’entreprises sociales en Tunisie. Il détecte, héberge et accompagne des entrepreneurs dont le projet s’inscrit dans l’économie sociale et solidaire. IMPACT propose, pour 5 entreprises par an, un programme d’incubation de 12 mois, accompagne ponctuellement une quinzaine de projets, et travaille à la sensibilisation du public à l’entrepreneuriat social et à la mise en place d’un éco-système.

L’incubateur est né du partenariat entre Développement Sans Frontières Tunisie et le Comptoir de l’Innovation, une entreprise sociale d’investissement et de conseil du Groupe SOS qui a pour mission de financer, évaluer, accompagner et promouvoir les entreprises sociales à travers le monde. Le Comptoir de l’innovation gère actuellement trois incubateurs à Paris.

Le LAB’ESS participe également à la mise en réseau de la société civile tunisienne et ce à travers la réalisation d’une série d’événement œuvrant à la facilitation et à la mise en réseau entre acteurs…

Site Web : http://www.labess.tn/

 

Systèmes d’irrigation innovants dans les zones arides

 

Le Dr Chahbani Bellachheb, membre de l’Association AEISTE est chercheur spécialisé dans l’économie de l’eau et l’utilisation efficace des ressources hydrauliques. Il dirige actuellement Chahbani Technologies (CHAHTECH SA) une société tunisienne spécialisée dans l’invention, la fabrication et la distribution de systèmes d’irrigation innovants particulièrement le « diffuseur Buried », résultats de plus de 25 années passées à expérimenter de nouvelles techniques pour l’irrigation et pour l’injection d’eau de rétention ou de sources naturelles d’eau pour être conservés dans le sol profond
• Les recherches et innovations du Dr Chahbani Bellachheb ont reçu plusieurs récompenses en particulier : Lauréat du Forum africain – 100 innovations pour le développement durable, Paris, décembre 2013. En effet en marge du Sommet de l’Elysée ( 5décembre 2013) pour la paix et la sécurité en Afrique, le Forum100 innovations pour un développement durable en Afrique avait pour objectif de mettre en lumière des innovations, inscrites dans le développement durable, portées par des innovatrices et des innovateurs africains.
Ce Forum a distingué le diffuseur d’eau enterré développé par le Dr Bellachheb Chahbani. Au lieu des techniques traditionnelles d’aspersion ou du goutte-à-goutte, son entreprise, Chahtec SA, commercialise un réseau de diffuseurs enterrés. Grâce à leurs fonds microporeux, ces réservoirs permettent de diffuser l’eau directement aux racines de la plante. Plusieurs modèles existent selon les cultures (arboricoles, maraîchères ou ornementales), tous réduisent drastiquement les besoins hydriques. Les diffuseurs enterrés rendent aussi possible une irrigation anticipée qui consiste à stocker pendant l’automne et l’hiver dans le sol du système racinaire de chaque arbre ses besoins en eau pour le printemps et l’été. Sur le même principe, Bellachheb Chahbani a développé un procédé d’« injection » souterraine d’eau capable d’assurer en quelques semaines les besoins des cultures pour deux ans. Huit cent dossiers avaient été réceptionnés à l’appel à projets 100 innovations pour un développement durable en Afrique. Le projet de M. Chaabani figure par les 21 dossiers qui ont été finalement sélectionnés par 45 spécialistes du développement de l’AFD, puis par un comité composé de trois grands témoins, actrice et acteurs du développement : Winny Byanyima, directrice générale d’OXFAM International, Malamine Koné, PDG d’Airness, Jean-Michel Severino, gérant d’Investisseurs et Partenaires Conseil, ancien directeur général de l’AFD.
Les autres récompenses se présentent comme suit :
• Le Grand Prix INNOVATEC 2012/2013, MIFFEL, Avignon, France. 2012
• TOP 20 PME innovantes (petites et moyennes entreprises) de InfoDev, Banque Mondiale, Helsinki, Finlande. 2011
• Prix international de l’eau de l’UNESCO, Budapest, Hongrie. 2009
• Prix de la créativité décerné par la présidence de la République de Tunisie. 2009
• Maghreb Union lutte contre la désertification Prix de Technologies. 2007
• Prix ALECSO (Ligue arabe de l’éducation, de la culture et de l’Organisation des sciences) de l’innovation scientifique dans le domaine de l’eau. 2002
• Deux médailles d’argent pour deux inventions ; 30e Salon International des Inventions, Genève, Suisse, 2002
• National Merit Medal (commandant) dans le cadre du secteur de l’éducation et de la science, de la Tunisie. 2001
• Le premier prix de l’Association tunisienne des inventeurs pour les chercheurs inventeurs accordés par l’Association Tunisienne des Inventeurs au Concours 11e national de l’invention et l’innovation, la Tunisie. 2001
• Premier prix de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) pour la meilleure invention par un chercheur de l’inventeur au Concours National 11 Invention et de l’Innovation. Tunisie. 2001
• Premier prix du « Prix Méditerranéen de l’Eau » Prix du Carrefour Euro Méditerranéen de l’Eau HYDROTOP Deuxième prix de l’innovation technologique Foire Internationale de l’Agriculture et de l’innovation technologique SIAT. Tunisie, 2000.
Pour plus de renseignements consulter le site : http://www.chahtech.com/