Archives de catégorie : Actualité

Entrepreneuriat social : Un accord tuniso-franco-libanais

 

IHEC Carthage, Shanti, arcenciel, 3A et Orange Tunisie ont signé un partenariat pour le développement de l’entrepreneuriat social entre les deux rives de la Méditerranée. C’est à l’occasion de l’organisation, jeudi 6 avril à la Chapelle de l’IHEC Carthage, d’un séminaire sur l’innovation sociale réunissant les étudiants de 3A et de l’IHEC Carthage que l’accord de partenariat a été signé officiellement par les 3 partenaires. Cette rencontre a été l’occasion d’échanger autour de ce modèle innovant de collaboration entre les acteurs nationaux et internationaux du secteur public et privé. Elle a été également l’occasion de confirmer l’engagement des partenaires dans le but de consolider leurs futures actions pour une pédagogie active au service de l’entrepreneuriat social. Process-méditerranée est un programme de coopération en entrepreneuriat social entre les trois rives de la Méditerranée, initié depuis 2016 avec son programme jeunes en Tunisie, au Liban et en France. Il renforce les liens entre universités, entreprises et associations.

Porteur d’optimisme, l’entrepreneuriat social permet d’apporter de nouvelles réponses à des problématiques de long terme. Fruit d’une étroite collaboration entre partenaires tunisiens, français et libanais, Processméditerranée s’inscrit dans cette dynamique et œuvre à la construction de nouveaux ponts entre les trois rives de la Méditerranée avec pour mission de susciter les initiatives du changement en soutenant les entrepreneurs sociaux présents et en devenir. S’appuyant sur une coopération originale Sud-Sud-Nord, le programme jeunesse de processméditerranée vise à la mise en œuvre de nouvelles méthodes d’apprentissage et à l’instauration d’un dialogue entre les partenaires pour stimuler l’innovation sociale et la création d’activités alliant la triple mission économique, sociale et environnementale.

Initié par arcenciel France, en collaboration avec l’Ecole supérieure de commerce 3A (France), le programme se développe en Tunisie entre Shanti et IHEC Carthage pour proposer une nouvelle approche de la formation académique en entrepreneuriat social basée sur le renforcement des liens entre universités et professionnels et l’immersion des étudiants au plus près des acteurs de l’écosystème. Fort de son engagement auprès de l’IHEC Carthage, Orange Tunisie s’allie à ce programme et continue à s’engager, dans le cadre de la Chaire RSE, pour la promotion de l’entrepreneuriat social et pour la mobilité des jeunes étudiants tunisiens en Méditerranée, afin qu’ils puissent s’inspirer des meilleurs pratiques internationales en la matière.

L’opérateur accompagnera également les étudiants du master entrepreneuriat social en mettant à leur disposition des solutions numériques pour répondre à leurs problématiques sociales. De plus, Orange Tunisie a proposé que leurs cas pratiques soient réels : ils vont en effet bénéficier du vécu de startups sociales technologiques accompagnées par l’opérateur dans le cadre d’Orange Developer Center ou du Prix Orange de l’Entrepreneur Social. Trois étapes sont organisées, en Tunisie, au Liban et en France, regroupant professionnels et étudiants. En janvier 2017, Shanti et l’IHEC Carthage, avec le soutien d’Orange Tunisie ont organisé un voyage d’études au Liban pour les étudiants du master d’entrepreneuriat social de l’IHEC Carthage. Rejoignant des jeunes français et les équipes d’arcenciel, les participants ont pu travailler avec des entreprises sociales et confronter les concepts appris à la réalité du terrain. Cette expérience sera renouvelée en Tunisie en mai 2017 avec la venue d’étudiants et de professionnels français et libanais.

Source: communiqué. This page was exported from Kapitalis [ http://kapitalis.com/tunisie ]

 

MEETAfrica : un programme européen de soutien à l’entreprenariat innovant de la diaspora africaine

Depuis 2006, le Dialogue Euro-Africain sur la migration et le développement, appelé « Processus de Rabat », réunit 60 pays européens, d’Afrique du Nord, de l’Ouest et Centrale, la Commission européenne, la CEDEAO et leurs plus hauts représentants (ministres et hauts fonctionnaires). Le Comité de pilotage de ce dialogue migratoire majeur a souhaité le financement du projet MEETAfrica (Mobilisation Européenne pour l’EntreprenariaT en Afrique), soulignant la pertinence de son approche pour répondre à la fois aux défis de la mobilisation des diasporas techniques pour le développement économique des pays d’origine, et de la promotion de l’entrepreneuriat innovant comme voie d’insertion professionnelle des jeunes de la diaspora scientifique / technique. C’est à ce jour le seul projet pilote (« Flagship Programme ») financé par le Processus, qui fête cette année ses 10 ans (2006-2016). Le projet, d’une durée de 22 mois, a pour objectif d’accompagner 80 entrepreneurs africains diplômés de l’enseignement français ou allemand dans la création dans leur pays d’origine, d’une entreprise à fort caractère technologique ou porteuse de solutions innovantes, dans le domaine agricole, industriel ou de services. Soutenir la création d’entreprises africaines innovantes et dynamiques MEETAfrica s’adresse aux étudiants en fin de cursus, aux jeunes chercheurs ou aux jeunes professionnels qualifiés, originaires de l’un des pays partenaires du programme (Algérie, Cameroun, Mali, Maroc, Sénégal, Tunisie) et résidant en Europe. Les jeunes talents sont sensibilisés aux enjeux de l’entrepreneuriat à travers un appel à projets lancé par chaque opérateur technique (Campus France, GIZ, IRD). Suite à un processus de sélection basé principalement sur le caractère innovant du projet d’entreprise, chaque entrepreneur lauréat dispose d’un appui dédié d’abord en Europe puis dans le pays d’origine. Des actions d’accompagnement de l’idée jusqu’à la création d’entreprise, et pouvant représenter jusqu’à 15 000 euros, sont établies dans une feuille de route spécifique. Ces actions relèvent de l’accompagnement à la création d’entreprise (plan d’affaires, étude de marché, marketing, etc.), du renforcement technologique des projets (preuve de concept, prototype, étude de faisabilité, etc.) et d’un soutien dans l’accès aux financements. L’exécution de la feuille de route, par étapes, permet aux porteurs de projets d’être soutenus tout au long du processus de création d’entreprise par différents interlocuteurs (coach, mentor, formateur, etc.) sur des problématiques logistiques, techniques et financières. L’effet de levier généré, qui permet de consolider la faisabilité technologique et la viabilité économique de l’entreprise, est primordial pour lancer celle-ci au Sud en garantissant un niveau de risque limité pour les investisseurs.
Source : www.expertisefrance.fr

Lancement d’une plateforme tunisienne de commerce équitable

 

Le lancement d’une plateforme tunisienne de commerce équitable des produits agricoles et agroalimentaires, regroupant toutes les structures opérant dans ce domaine, a été annoncé  lors de la Première Conférence nationale sur le commerce équitable des produits agricoles et agroalimentaires tunisiens, organisée les 20 et 21 octobre en marge du SIAT 2016, à Tunis.
L’idée de lancer cette plateforme est le fruit d’un travail commun entrepris par la Chambre syndicale nationale des conseillers agricoles (Csnca-Utica), l’association Platess, active dans le domaine de l’économie sociale et solidaire et l’association Tunisie Coop (Coopérative de consommateurs), a affirmé,Walid Gaddas, président de la Csnca-Utica.
«Les trois associations travaillaient ensemble depuis des mois à développer un projet dans le domaine de l’économie sociale et solidaire qui ciblerait les petits producteurs et dont l’impact serait également ressenti par les consommateurs», a-t-il dit. «Il s’agit d’un projet de développement de filières courtes, qui consiste à encadrer des groupements de producteurs afin de les aider à renforcer leur productivité et la qualité de leurs productions, et à créer des points de vente physiques et électroniques qui permettraient de vendre ces produits à des prix raisonnables», a-t-il ajouté.
A cet égard, tout un plan national est en cours d’élaboration, dont le principal objectif serait, outre la création d’une plateforme nationale de commerce équitable, la mise en place d’une politique nationale en la matière, a fait savoir, de son côté, Mohamed Ben Mahmoud, expert en finance et président de Platess.
«Cette politique ciblerait essentiellement les petits exploitants, notamment les femmes, partant du constat qu’une forte proportion de la main-d’œuvre agricole est constituée de femmes et qu’une grande partie des richesses produites au niveau des zones rurales est aussi assurée par des femmes», a-t-il précisé.
La Presse de Tunisie, 23 octobre 2016

Développer dans le sud tunisien le tourisme environnemental

La Chambre de développement du tourisme oasien et saharien (Cdtos) a organisé récemment, en collaboration avec le Fonds emploi de la GIZ, et la participation de l’Association de sauvegarde de la Médina de Tozeur, un workshop de suivi et de mobilisation des acteurs du projet financé par la coopération allemande.
Ce projet entre dans le cadre de l’initiative de la coopération allemande GIZ, à travers son bureau de Tunis, qui a lancé une nouvelle initiative d’appui à un projet innovant à travers le Fonds emploi de la GIZ, mis en œuvre par la Coopération internationale allemande (GIZ) sur mandat du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ).
Il vise à soutenir un développement touristique diversifié et durable afin de développer le tourisme local en diversifiant ses produits, en améliorant ses services et en mettant en valeur le patrimoine culturel et environnemental de Tozeur
Ce workshop a vu la participation massive des principaux acteurs touristiques de la région (autorités locales, ministère du Tourisme, société civile, agences de voyages, guides, propriétaires de calèches…), et a permis, à travers un processus participatif, de consolider le contenu du projet par des recommandations et des propositions.
Le tourisme étant un vecteur important de développement socioé-conomique, ce nouveau projet, intitulé « Le tourisme culturel, vecteur de consolidation et de création d’emplois touristiques durables », ambitionne, comme l’ont souligné les experts de la GIZ, Tobias Seiberlich et Sami Saya, de développer l’esprit de partenariat avec tous les acteurs du Djérid et de doter le sud tunisien d’un développement durable et d’une offre touristique basée sur la qualité environnementale, culturelle et sociale, permettant la promotion de l’identité du Djérid et valorisant ses sites, sa culture et ses produits locaux, tout en encourageant la sensibilisation au développement durable.
« Ce projet vise à accompagner un développement touristique durable : la valorisation des espaces et territoires qui s’appuient sur leurs potentialités naturelles et culturelles à même de valoriser le patrimoine naturel et culturel de la région», a également souligné Karim Cheraït, membre très actif de la Cdtos. Nabil Gasmi, président de la Cdtos, a indiqué pour sa part que « ce projet va consister à la conception et la réalisation de nouveaux horizons de valorisation touristique et particulièrement des thématiques innovatrices et pertinentes, à savoir :
-Privilégier la qualité par rapport à la quantité de l’offre et de la demande touristiques ;
-Augmenter les nuitées en proposant d’autres produits et services ;
-Relancer le tourisme sur de nouvelles bases ;
-Conservation du patrimoine cinématographique (sources de revenus touristiques) dans les trois lieux d’intervention (Gorge de Sidi Bouhelal, site Mos Espa et site Lars Homestead)
-Formation thématique qui concernera un nombre important d’acteurs (40 guides et accompagnateurs, 120 chauffeurs touristiques, 40 artisanes).
Chiraz OUNAIS : La Presse de Tunisie
Ajouté le : 23-10-201

Systèmes d’irrigation innovants dans les zones arides

 

Le Dr Chahbani Bellachheb, membre de l’Association AEISTE est chercheur spécialisé dans l’économie de l’eau et l’utilisation efficace des ressources hydrauliques. Il dirige actuellement Chahbani Technologies (CHAHTECH SA) une société tunisienne spécialisée dans l’invention, la fabrication et la distribution de systèmes d’irrigation innovants particulièrement le « diffuseur Buried », résultats de plus de 25 années passées à expérimenter de nouvelles techniques pour l’irrigation et pour l’injection d’eau de rétention ou de sources naturelles d’eau pour être conservés dans le sol profond
• Les recherches et innovations du Dr Chahbani Bellachheb ont reçu plusieurs récompenses en particulier : Lauréat du Forum africain – 100 innovations pour le développement durable, Paris, décembre 2013. En effet en marge du Sommet de l’Elysée ( 5décembre 2013) pour la paix et la sécurité en Afrique, le Forum100 innovations pour un développement durable en Afrique avait pour objectif de mettre en lumière des innovations, inscrites dans le développement durable, portées par des innovatrices et des innovateurs africains.
Ce Forum a distingué le diffuseur d’eau enterré développé par le Dr Bellachheb Chahbani. Au lieu des techniques traditionnelles d’aspersion ou du goutte-à-goutte, son entreprise, Chahtec SA, commercialise un réseau de diffuseurs enterrés. Grâce à leurs fonds microporeux, ces réservoirs permettent de diffuser l’eau directement aux racines de la plante. Plusieurs modèles existent selon les cultures (arboricoles, maraîchères ou ornementales), tous réduisent drastiquement les besoins hydriques. Les diffuseurs enterrés rendent aussi possible une irrigation anticipée qui consiste à stocker pendant l’automne et l’hiver dans le sol du système racinaire de chaque arbre ses besoins en eau pour le printemps et l’été. Sur le même principe, Bellachheb Chahbani a développé un procédé d’« injection » souterraine d’eau capable d’assurer en quelques semaines les besoins des cultures pour deux ans. Huit cent dossiers avaient été réceptionnés à l’appel à projets 100 innovations pour un développement durable en Afrique. Le projet de M. Chaabani figure par les 21 dossiers qui ont été finalement sélectionnés par 45 spécialistes du développement de l’AFD, puis par un comité composé de trois grands témoins, actrice et acteurs du développement : Winny Byanyima, directrice générale d’OXFAM International, Malamine Koné, PDG d’Airness, Jean-Michel Severino, gérant d’Investisseurs et Partenaires Conseil, ancien directeur général de l’AFD.
Les autres récompenses se présentent comme suit :
• Le Grand Prix INNOVATEC 2012/2013, MIFFEL, Avignon, France. 2012
• TOP 20 PME innovantes (petites et moyennes entreprises) de InfoDev, Banque Mondiale, Helsinki, Finlande. 2011
• Prix international de l’eau de l’UNESCO, Budapest, Hongrie. 2009
• Prix de la créativité décerné par la présidence de la République de Tunisie. 2009
• Maghreb Union lutte contre la désertification Prix de Technologies. 2007
• Prix ALECSO (Ligue arabe de l’éducation, de la culture et de l’Organisation des sciences) de l’innovation scientifique dans le domaine de l’eau. 2002
• Deux médailles d’argent pour deux inventions ; 30e Salon International des Inventions, Genève, Suisse, 2002
• National Merit Medal (commandant) dans le cadre du secteur de l’éducation et de la science, de la Tunisie. 2001
• Le premier prix de l’Association tunisienne des inventeurs pour les chercheurs inventeurs accordés par l’Association Tunisienne des Inventeurs au Concours 11e national de l’invention et l’innovation, la Tunisie. 2001
• Premier prix de l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) pour la meilleure invention par un chercheur de l’inventeur au Concours National 11 Invention et de l’Innovation. Tunisie. 2001
• Premier prix du « Prix Méditerranéen de l’Eau » Prix du Carrefour Euro Méditerranéen de l’Eau HYDROTOP Deuxième prix de l’innovation technologique Foire Internationale de l’Agriculture et de l’innovation technologique SIAT. Tunisie, 2000.
Pour plus de renseignements consulter le site : http://www.chahtech.com/