Archives de catégorie : Etudes , Projets

QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE INTELLIGENT ET COMMENT Y PARVENIR?

 

Le numérique est considéré de manière générale comme un facteur clé de développement économique et social pour les territoires (ville, communauté urbaine, département, région). Il peut améliorer radicalement les services publics dans tous leurs domaines de compétence (administration, entraide sociale, environnement, transports, santé, éducation, aménagement, …) mais également la qualité de vie, malgré une tendance de concentration urbaine et un contexte de baisse des dotations et de restructurations (réforme des territoires). De fait, de nombreuses expérimentations sont engagées sur ces sujets, dans des domaines très variés (transports intelligents, e-administration, réseaux électriques intelligents, interaction citoyens, …), suivant différentes approches (technologiques, collaboratives, …) avec pour le moment relativement peu de résultats concrets par rapport aux enjeux et à l’attente des citoyens et des entreprises, et sans véritable stratégie et cohérence d’ensemble. Les acteurs impliqués en viennent alors à se demander ce que recouvre vraiment le territoire intelligent, ce qu’il apporte, et comment construire un plan de transformation cohérent et efficace dans cette direction qui apporte des résultats tangibles. Nous apportons ici quelques éléments de réponse, qui doivent bien entendu se prolonger par une réflexion plus détaillée au cas par cas.

QU’EST-CE QU’UN TERRITOIRE INTELLIGENT ?

La combinaison de 3 leviers, chacun porteur d’innovations et apportant des bénéfices à la collectivité :

  • 1. Le déploiement d’infrastructures numériques fixes (fibre optique) et mobiles (3G/4G) pour fournir un accès internet très haut débit à tous et une capacité de collecte de données, pour construire un territoire connecté, reliant les habitants, les entreprises, les administrations, et les objets, en un vaste réseau d’informations
  • 2. Le développement de services numériques pour apporter des gains radicaux (efficacité, qualité, expérience clients) aux services publics de la collectivité (transports, environnement, énergie, éducation, …) et accompagner les transitions(énergétique en particulier), pour conduire à un territoire efficace offrant des services optimisés. Dans les transports publics, par exemple, ce levier consiste à améliorer l’intermodalité entre moyens de transports, les informations passagers et les modes de paiement, pour améliorer la qualité de service et le taux d’utilisation, et réduire d’autant les problèmes de saturation urbaine et de pollution.
  • 3. Le développement d’usages numériques, suivant une démarche collaborative d’innovation, pour accompagner l’évolution des modes de vie (nouveaux modes de travail, économie de partage, participation citoyenne, …) et conduire, in fine, à un territoire intelligent s’appuyant sur l’intelligence collective et le bien commun. En reprenant l’exemple précédent, il s’agit ici de répondre aux besoins de mobilité, de porte à porte, d’une part en réduisant ces besoins au juste nécessaire (télétravail, …), d’autre part en proposant des solutions complémentaires partagées (covoiturage local pour rejoindre un arrêt de car par exemple) dans une approche de bout en bout, avec un paiement aligné avec les usages.

Chacun de ces leviers s’appuie sur des technologies et des modèles économiques et opératoires propres, et contribue au développement économique et social de la collectivité, à l’amélioration des services publics, et une meilleure utilisation des ressources. Le développement des infrastructures constitue généralement une première étape de transformation pour constituer un socle favorisant le développement des services et des usages, déjà bien engagé dans le cadre du plan Très Haut Débit. Le développement des services et usages doit être également engagé sans délai, pour apporter des gains concrets aux citoyens et acteurs économiques. Le levier des usages est fondamental pour assurer l’adhésion des utilisateurs et évoluer vers de nouveaux modèles économiques assurant un retour sur investissement de l’ensemble (une mobilité partagée avec une meilleure utilisation des transports publics et une tarification forfaitaire en fonction des usages, dans mon exemple précédent). Ce référentiel étant posé, reste à comprendre comment mener une telle transformation.

COMMENT ÉVOLUER VERS UN TERRITOIRE INTELLIGENT ?

Suivant 4 facteurs clés de succès, indissociables.

  • 1. L’élaboration d’une stratégie de territoire, identifiant des priorités par rapport au contexte local et des ressources à engager, afin d’impulser et orienter l’ensemble des actions (aménagement, services et usages numériques) ; le développement économique et la préservation de l’environnement, par exemple, dans le cas d’une communauté urbaine.
  • 2. La focalisation sur les usages des citoyens, comme principal fil directeur, en particulier via la participation citoyenne (permettre aux citoyens d’accéder directement aux informations qu’ils recherchent, de signaler des incidents, d’émettre des avis, des recommandations, de proposer leurs services)
  • 3. Des axes fédérateurs assurant une cohérence d’ensemble : une politique de gestion des données publiques et d’innovation, le partage des ressources, des modes communs d’exploitation, en particulier.
  • 4. Une gouvernance collaborative et une démarche projets pragmatique, par étape (en fonction des priorités), chacune étant étayée par des objectifs quantifiés et des indicateurs d’avancement, et s’appuyant sur les ressources locales, dans une approche de développement durable.

Ces 4 facteurs sont essentiels pour engager un plan de transformation numérique du territoire efficace et atteindre par étape, avec une large contribution des acteurs locaux, des résultats tangibles : développement économique durable, qualité de vie, et entraide sociale. Un accompagnement externe de la collectivité pour mener une telle transformation est utile pour apporter un support méthodologique suivant un regard externe et des bonnes pratiques réutilisables.

 

GILLES MORVAN

Consultant développement numérique

 

 

 

PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DE L’ECOTOURISME DANS LE NORD OUEST DE LA TUNISIE : CAS DE LA KHROUMIRIE.

L’écotourisme est une approche de développement local et durable, intégrant le social, l’environnemental et l’économique, maîtrisé par et pour les communautés hôtes. Quatre principes fondent l’écotourisme: valorisation de la conservation et de la protection de l’environnement, contribution équitable au développement économique et social, prise en compte des besoins des communautés hôtes, promotion d’une expression touristique responsable. Le développement de l’écotourisme en Tunisie s’impose car le pays dispose d’un capital naturel fragile et limité, soumis à de fortes pressions. Il se justifie également par le fait qu’il permettra au tourisme tunisien de se positionner sur les segments haut de gamme, à haute valeur ajoutée et de rehausser l’image quelque peu terne du tourisme de masse et balnéaire dominant. L’écotourisme peut être considéré comme étant un enjeu de développement important, car il pourrait contribuer à un désenclavement physique et mental, à la valorisation durable des ressources naturelles et devenir une source de revenus stable pour la population locale. En Tunisie il existe plusieurs  sites à fortes potentialités écotouristiques dans le Nord Ouest du pays  identifiés et répondant aux critères de développement durable (propension à lutter contre la désertification, à impliquer les populations locales et à contribuer à leur développement socio-économique). La diversité des ressources de ces sites offre des possibilités d’activités très diversifiées.  Parmi ces sites nous citerons la Khroumirie située dans le Nord ouest tunisien caractérisé par sa pluviométrie et ses forets et qui dispose de potentialités et ressources naturelles (forêt et sources thermales) qui permettent de développer des activités d’écotourisme. A partir  d’une présentation axée sur  les principales potentialités écotouristique de la région, les aménagements nécessaires pour la finalisation du projet écotouristique et les impacts de ces aménagements sur le territoire étudier,   notre communication va essayer de répondre aux interrogations suivantes :

  • Quel rôle doit jouer l’écotourisme dans le processus de valorisation de  conservation et de  protection de l’environnement ? L’activité écotouristique n’est pas dommageable à l’environnement. La valorisation de la conservation et de la protection de l’environnement constitue ainsi le principe de base de l’écotourisme contrairement au tourisme de masse qui est souvent jugé dommageable pour l’environnement.
  • Quelle est la contribution équitable réelle de l’écotourisme en matière de développement économique local ? La contribution équitable au développement économique local, à travers un projet, constitue le deuxième principe de l’écotourisme. Il s’agit d’un principe fondamental qui insère l’écotourisme dans une logique de marché faisant de lui une activité nécessairement viable sur le plan économique tout en améliorant les produits et services aux touristes, et en générant des emplois et ressources au plan local
  • Quelle est la démarche qu’il faut adopter en vue de la prise en compte des besoins des communautés hôtes ? Pour  la réalisation d’un projet écotouristique, il est indispensable de tenir compte des besoins des communautés hôtes, de soutenir leur bien être et d’améliorer leur condition de vie dans une perspective de développement local.
  • Quels sont les moyens pour la promotion d’une expression touristique authentique et responsable ? L’écotourisme matérialisé par cette nouvelle relation entre le touriste et l’environnement visité, dans une dynamique d’implication de la population locale, est une expérience nouvelle et hautement significative dans l’esprit et le comportement du touriste traditionnel.

 

Coopération internationale et développement urbain en Tunisie après le 11 janvier 2011

L’objectif général de la coopération internationale en matière de développement urbain est de mettre en œuvre des stratégies  urbaines visant à améliorer à la fois les conditions de vie des habitants et faire des villes des pays du Sud les moteurs d’un développement économique durable. En effet les grandes agglomérations des pays en développement  ont  longtemps été considérées comme lieu de cristallisation et symptômes des problèmes du monde en développement, voire comme la  source  et l’expression même du mal développement, voire de ses handicaps, des échecs des politiques de développement ( Goldblum 2004). L’engagement  des organismes de coopération des pays européens et des institutions internationale dans les projets  de développement urbain, s’articule dans un processus complexe amplifié par l’intervention d’un nombre croissant d’acteurs et marqué par des relations obligées entre  sphères publique et privée ( Osmont 2004). Dans un contexte de changement des modes de fabrication urbaine( nouveaux acteurs, nouvelles qualifications, nouvelles compétences, multiplication des bailleurs de fonds marqué par la poussée de l’urbanisation dans les pays en développement, rôle croissant  des collectivités territoriales et des ONG), la ville s’affirme de plus en plus comme acteur clé du développement et de la coopération et où la question urbaine se présente comme étant un enjeu majeur sur la scène des relations internationales.  Pour ce qui est de l’exemple de  la Tunisie après la chute de la dictature de Ben Ali en janvier 2011, il faut dire que et le pays se trouve  à l’heure actuelle engagée dans un processus d’affermissement de la démocratie et de l’état de droit, de rééquilibrage régional, de gouvernance, de justice sociale, de développement harmonieux de ses richesses  et  de développement durable de ses villes. Un grand nombre de projets de développement ont été ont été déployés par la coopération internationale dans le pays particulièrement sur le plan « développement urbain ». Dans notre communication et dans le cadre du colloque nous allons essayer de présenter et clarifier à partir de l’exemple tunisien les interrogations qui suivent :

Quelle est l’importance et la nature des  projets et programmes de développement urbains apportés par la coopération internationale en particulier les agences d’aide et les ONG aux différents partenaires tunisiens après janviers 2011 ? Quel est l’impact de ces projets au niveau des dispositifs de gestion urbaine et des modalités de leur mise en œuvre ? Peut-on relever des changements positifs des effets de ces programmes de développement urbain par rapport l’époque du régime de la dictature particulièrement du côté des bénéficiaires de l’aide ? Dans quelle mesure  La coopération internationale peut-elle soutenir l’activité scientifique et impliquer la recherche-action dans les projets de développement urabin?

Mots clés : Coopération international, développement urbain, ONG, Recherche -action

Résumé d’une Communication proposée à la Conférence Internationale (INTI) à Charleroi et Liège , novembre 2016.

RÔLE DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE DANS L’INNOVATION PAR LA FORMATION ET L’ENCADREMENT DU TISSU ASSOCIATIF EN VUE DE LA PROMOTION DE L’ENTREPRENEURIAT SOCIAL : CAS DES ASSOCIATIONS DANS LE SUD-EST DE LA TUNISIE

Résumé de la communication qui doit être présentée par Abdelala Bounouh à la XVe Conférence Annuelle Internationale du Réseau International d’Intelligence Territoriale INTI « Économie sociale et solidaire dans les territoires, initiatives, enjeux et perspectives » organisée par INTI et le SEGEFA de l’Université de Liège, qui aura lieu les 23, 24 et 25 novembre 2016 à Charleroi et Liège, en Belgique.

Résumé :
Le développement de l’entrepreneuriat social et l’inclusion socio-économique des jeunes sans emplois par la formation dans le cadre d’un partenariat entre la coopération internationale et les organisations de la société civile particulièrement les associations constitue une initiative innovante et singulière dans le Sud –Est tunisien, région frontalière marginalisée confortée à plusieurs défis en particulier un fort taux de chômage et la prolifération du commerce informel et l’immigration clandestine.
Mots clés : Entrepreneurial social, coopération internationale, société civile, associations, innovation, commerce informel, immigration clandestine.
Summary:
The development of social entrepreneurship and social and economic inclusion of young people without jobs through training in the partnership between international cooperation and civil society associations is particularly innovative and unique initiative in the -Is southern Tunisia, marginalized border region reinforced several challenges particularly high unemployment rate and the proliferation of informal trade and illegal immigration
Keywords: social business, international cooperation, civil society, associations, innovation, informal trade, illegal immigration.

Abdelala Bounouh
Géographe, Docteur en Urbanisme et Aménagement
abdelala.bounouh@laposte.net +216 55 52 94 49